1001 Gedichten

1001 gedichten

Zet ook uw gedichten op 1001Gedichten.nl

Heeft u nog geen account? Meld u gratis aan!

Print dit gedicht
vorige gedicht

Saveurs de femme

Le sexe de la femme est le seul moyen de l'homme d'atteindre sa
vie la plus profonde à travers l'amour, seul moyen d'échapper
à la condition humaine des hommes de son temps.
(Malraux)




Tu es si belle,
toi, mon amie troublante,
qui m'envoûtes de ton regard intense
que déjà je rêve de butiner
sur chaque parcelle de ton corps
tes saveurs de femme enivrantes.

Partant du coin des lèvres
baiser ta bouche sensuelle,
caresser ta langue de la mienne
et goûter le goût de ton goût.

Baisser tes yeux, langoureusement clos,
maintenant.
Te mordre gentiment la gorge, vulnérable,
à la merci
de la morsure fatale de ma passion
chatouiller d'une pointe de langue taquine
le pourtour et le lobe de ton oreille,
déposer une ombre volatile de salive
au cœur du pavillon.

Relever haut tes beaux cheveux,
humer les chaudes senteurs d'automne,
frôler amoureusement ton cou, le haut de tes épaules.

Te dévêtir en hâte, te coucher
sur le lit, sur ton ventre,
le paysage de ton dos
courbé sous ma passion buccale.
Entreprendre
un long voyage, un lent cheminement,
partant de la naissance du cou,
descendre vers le creux majestueux des reins,
sans négliger les flancs sensibles,
S'attarder plus que besoin
à caresser, baiser et mordiller
la bombance bombée de tes fesses.
Suivre le galbe de tes jambes,
en taquinant le creux du genou,
finir en adorant tes pieds et tes orteils
en fétichiste néophyte.

Te retourner pour retrouver,
bien sûr, en proéminence
les pointes auréolées des seins,
gonflées d'être tétées si goulûment,
doucement mordillées, gentiment malmenées.
S'y attarder, oui, mais il faut encore
goûter ton sel
au creux de tes aisselles,
baiser en va-et-vient ton ventre, tes côtes, tes flancs,
fourrer ma langue dans ton nombril.

Arrive le moment suprême:
que tu désires déjà en anticipation avide,
te caressant ton sexe d'une main frôleuse,
les jambes écartées, toute offerte.

Humer d'abord ta main, lécher ton suc qui mouille tes doigts,
passer mon nez dans ton buisson ardent,
triangle noir et dru qui fascine ma caresse.
Mais ton parfum de femme me trouble trop:
il faut plonger, goûter ta source de ma bouche,
explorer la grotte de ton sexe de femme,

départager les lèvres et les nymphes
du con sublime,
taquiner de mille façons ton clitoris hardi,
tâter la suite harmonique des saveurs.
Fouiller et butiner, sucer et mordiller
en carnivore goulu la fleur charnue,
calice carnivore.


Te faire vibrer d'être goûtée
aussi profondément.
Puis soudainement jaillit
une première fois
ta jouissance, tes râles d'amour,
tes frémissements et soubresauts:
les mots me manquent pour chanter
la gamme de tes paroxysmes.

La bouche cannibale qui t'a aimée avidement
pour ton plaisir
pour son plaisir
te doit encore l'ultime hommage:
plonger la langue
dans la vallée royale
entre tes fesses écartées
Fouiller profondément au creux tabou
la fleur suave et délicate
d'une moelleuse caresse énervante,
te faire vibrer
une nouvelle fois
d'être goûtée ainsi,
perversement.

Et puis encore
te prendre dans mes bras,
sentir le rayonnement de ton orgasme
qui s'évapore.

Aimer ainsi passionnément: c'est presque trop,
jamais assez.

Pour d'autres hommes, d'autres aventures,
tu m'oublieras, peut-être.
Mais toi, tu resteras
ineffaçable,
griffée dans la mémoire de mes papilles:
tu resteras
pour toujours
sur la pointe
de ma langue.

vorige gedicht
Toevoegen aan favorieten

Ingezonden door

Geplaatst op

Geef uw waardering

Op basis van 3 stemmen krijgt dit gedicht 2 van de 5 sterren.

Social Media

Tags

Erotiek Exploratie

Reacties op ‘Saveurs de femme’

Er zijn nog geen reacties geplaatst bij dit gedicht, een reactie plaatsen kan hieronder!

Reageren

We gebruiken uw gegevens alleen om te reageren op uw bericht. Meer info leest u in onze Privacy & Cookie Policy.

Wilt u direct kunnen reageren zonder elke keer naam en e-mailadres in te voeren? Meld u hier aan voor een account!

Saveurs de femme

Laatste berichten op het forum